Consulter les messages sans réponse | Consulter les sujets actifs Nous sommes actuellement le Jeu Juil 31, 2014 5:31 pm



Répondre au sujet  [ 34 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
 psychanalyse et mythologie 
Auteur Message

Inscription : Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Message(s) : 541
Localisation : Paris17
Message  psychanalyse et mythologie
Citation:
J'ai une nouvelle question: comment les mythes peuvent-ils influencés l'inconscient?


Ca n'est pas tout à fait exact,

En fait, les mythes, sont les représentants de nos pulsions inconscientes, c'est à dire qu'ils permettent d'interpréter les pulsions,

un exemple tout simple,
Ares et Aphrodite ont eu une fille, Harmony

Vous pouvez l'interpréter de la façon suivante :
La pulsion de haine, de guerre (représenté là par le dieu de la guerre Ares) et la pulsion d'amour, (Aphrodite)
s'unissent pour créer l'harmonie.


Et on peut aller encore plus loin dans l'interprétation...


Dim Juil 29, 2007 10:35 am
Profil Site internet

Inscription : Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Message(s) : 541
Localisation : Paris17
Message  
un extrait de Freud dans ''nouvelles conférences"


Citer :
"La théorie des pulsions est notre mythologie. Les pulsions sont des êtres mythiques, formidables dans leur imprécision. Elles nous frappent par leur plasticité, leur capacité de changer de buts, et par leur facultés de se faire représenter. Nous ne pouvons pas dans notre travail faire abstraction de ces êtres mythiques un seul instant et cependant nous ne sommes jamais certains de les voir nettement"


Dim Juil 29, 2007 11:12 am
Profil Site internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Juin 28, 2007 9:38 pm
Message(s) : 138
Localisation : Gaïa
Message  
Le premier qui me viens à l'esprit, c'est le Mythe de Sisyphe.
"Sisyphe a été condamné dans les Enfers à rouler sur la pente d'une montagne un rocher qui retombait toujours avant d'avoir atteint le sommet."
Le Mythe de Sisyphe est considéré comme le symbole de la condition humaine.
En psychanalyse, serait-ce la représentation de la pulsion qui n'aboutit jamais, l'objet a inaccessible ?
Il y a une notion de punition là-dessous, tu ne jouiras pas parce tu a fauté, parce que ton ancètre a croqué la pomme.

Et puis zut (pour être poli), j'en déjà atteint des sommets avec pourtant un sac-à-dos très lourdement chargé...

_________________
Tout le monde veut devenir un Cat
Parce qu'un chat, quand il est Cat,
Retombe sur ses pattes
"Les Aristochats"


Mar Juil 31, 2007 8:27 pm
Profil
Message  
Bonsoir

Le mythe de Sisyphe me fait plutôt penser à cette maudite habitude de croire qu'on démarre une nouvelle vie alors qu'on recommence en répétant, avec des variantes pour donner un peu de sel à la vie, la même histoire.

:) Gouachita


Mar Juil 31, 2007 9:17 pm
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Juin 28, 2007 9:38 pm
Message(s) : 138
Localisation : Gaïa
Message  
gouachita a écrit :
Bonsoir

Le mythe de Sisyphe me fait plutôt penser à cette maudite habitude de croire qu'on démarre une nouvelle vie alors qu'on recommence en répétant, avec des variantes pour donner un peu de sel à la vie, la même histoire.

:) Gouachita


Ayons espoir dans notre analyse, même si nous recommençons la même vie, nous aurons trouvé notre désir le plus intime et les moyens de l'assouvir, nous saurons qui nous sommes, ce qui fait de nous des êtres uniques, du coup, cette même vie aura un sens. :P

_________________
Tout le monde veut devenir un Cat
Parce qu'un chat, quand il est Cat,
Retombe sur ses pattes
"Les Aristochats"


Mar Juil 31, 2007 10:24 pm
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Juin 28, 2007 9:38 pm
Message(s) : 138
Localisation : Gaïa
Message  
Le second qui me vient à l'esprit c'est le Mythe de Faust.
Contrairement au mythe de Sisyphe, le héros atteint la jouissance mais elle est diabolique :twisted: , et donc coupable.
Le plaisir interdit, le plaisir coupable, je ne sais pas qui c'est qui nous a mis ça dans la tête, mais c'est une idée qui a encore la vie dure.

En psychanalyse, c'est quoi le mythe de Faust ? pourrait-on résumer avec l'adage "je voudrais être ce que j'étais avec ce que je sais" ?.
Ma propre expérience me fait affirmer que c'est possible, je me sens encore un gamin, j'ai trop envie de jouer et de m'émerveiller.

_________________
Tout le monde veut devenir un Cat
Parce qu'un chat, quand il est Cat,
Retombe sur ses pattes
"Les Aristochats"


Mer Août 01, 2007 10:44 pm
Profil
Message  
bigminou a écrit :
Le second qui me vient à l'esprit c'est le Mythe de Faust.
Contrairement au mythe de Sisyphe, le héros atteint la jouissance mais elle est diabolique :twisted: , et donc coupable.
Le plaisir interdit, le plaisir coupable, je ne sais pas qui c'est qui nous a mis ça dans la tête, mais c'est une idée qui a encore la vie dure.

En psychanalyse, c'est quoi le mythe de Faust ? pourrait-on résumer avec l'adage "je voudrais être ce que j'étais avec ce que je sais" ?.
Ma propre expérience me fait affirmer que c'est possible, je me sens encore un gamin, j'ai trop envie de jouer et de m'émerveiller.


C'est toujours pareil dans ces histoires de culpabilité : cherchez la femme!

:) gouachita


Mer Août 01, 2007 11:03 pm
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Déc 24, 2007 5:37 pm
Message(s) : 8
Message  
Marie a écrit :
un extrait de Freud dans ''nouvelles conférences"


Citer :
"La théorie des pulsions est notre mythologie. Les pulsions sont des êtres mythiques, formidables dans leur imprécision. Elles nous frappent par leur plasticité, leur capacité de changer de buts, et par leur facultés de se faire représenter. Nous ne pouvons pas dans notre travail faire abstraction de ces êtres mythiques un seul instant et cependant nous ne sommes jamais certains de les voir nettement"


Bonjour,

Tout d'abord un petit mot pour me présenter : Nicolas 29 ans, étudiant en lettres et administrateur d'un tout récent forum sur les arts et cultures subsahariennes (cf ma signature), traditionnels et contemporains. Mon but premier en venant sur ce forum était de trouver des personnes susceptibles d'être intéressées par le forum que je viens de créer. N'hésitez pas à venir y faire un tour. Voilà le message est lancé.

Je suis loin d'être un spécialiste en psychanalyse, mais je ne résiste pas cependant à rebondir sur cette citation (très éclairante pour moi) de Freud pour vous faire part des réflexions qu'elle m'inspire.
Peut-on réellement dire que les pulsions sont nos êtres mythiques "à nous" ?

Freud insiste sur ce point : les pulsions sont "formidables dans leur imprécision". Je ne suis pas tellement d'accord sur le fait que l'imprécision caractérise le mythe, car cela revient à dire que les mythes sont des solutions à des problèmes, un voile rassurant posé sur un inconnu vide de sens. Je crois que c'est (en partie) une erreur de penser cela (ce n'est que mon humble avis), car c'est nier la force avec laquelle ont dû s'imposer les mythes lors de leur création. Je vais étayer mon opinion avec trois exemples, qui valent ce qu'ils valent...

1. Quand j'étais petit, très petit, un jour où j'étais dans mon lit à l'heure de la sieste (je ne dormais pas) j'avais un ou plusieurs de mes cheveux qui s'étaient coincés entre les paupières d'un de mes yeux. J'ai compris bien après que c'était un cheveu mais, sur le coup, j'ai cru qu'un corbeau me piquait l'oeil avec son bec. J'étais terrorisé et ne pouvais plus bouger un membre.
2. Autre exemple tiré de mon enfance : ce devait être à la même époque, ma mère m'avait emmené chez le médecin, et le docteur m'avait dit que j'avais les bronches encombrées. J'ai demandé à ma mère, après être sorti du cabinet, "c'est quoi les bronches ?"... J'ai juste compris à sa réponse que cela se trouvait dans les poumons. Le problème est que, comme l'image du corbeau s'était imposée à moi quand j'avais senti les cheveux dans mon oeil, j'avais cette fois-ci la certitude d'avoir des "branches" (je me représentais vaguement des branches d'arbre mort) dans les poumons. Je gardais tout cela pour moi, peut-être croyais-je que ma mère allait me trouver ridicule si je lui disais...
Or je me dis (peut-être à tort) que c'est ce genre de pensée qui est à l'origine des mythes : une sorte d'automatisme impératif, une explication concrète qui s'impose à la conscience malgré soi, et qu'on ne peut rejeter.

3. Autre exemple, tiré de ma vie adulte cette fois (histoire de ne pas sous-entendre que la pensée mythologique ne peut se comprendre que comme quelque chose d'enfantin...): j'ai fait une bouffée délirante il y a quatre ans (on m'a diagnostiqué schizophrène paranoïde depuis) et je pense que j'ai retrouvé alors un peu cette façon de penser (celle des deux exemples précédents), ce rapport étrange entre une explication du monde "qui s'impose", qui terrifie et la conscience du monde réel qu'on a toujours vu, calme et serein, qui reste dans un coin de la tête et qu'on aimerait tant retrouver.

Le conflit entre ces deux mondes crée une tension, comme une oscillation permanente entre deux pôles, un surgissement répété de doutes atroces alternant avec des retours au calme. Et pour "l'homme mythologique" la peur l'emporte.
Je pense me représenter assez bien la façon dont le mythe s'impose comme vérité effrayante, et je ne pense pas que les pulsions soient nos forces mythiques à nous, parce que le léger sourire (même s'il est un peu inquiet) avec lequel on accueille l'idée que, probablement, les noms qu'on donne aux pulsions ne sont que des découpages grossiers dans un continuum de nuances infimes, ce léger sourire n'a sûrement rien à voir avec la terreur qu'inspiraient les mythes à ceux qui y croyaient.
Derrière tout mythe il y a pour moi la crainte : ce n'est pas pour rien qu'il a toujours fallu "apaiser" les êtres mythiques (esprits, Dieux, déesses, etc.) par des sacrifices divers et variés.

Bon j'espère ne pas avoir dit d'âneries dans ce message très long...

A bientôt,

Nicolas.

_________________
mon blog d'aphorismes : http://thyrag.blog4ever.com/blog/index-319018.html


Mer Déc 26, 2007 7:05 pm
Profil Site internet

Inscription : Lun Nov 19, 2007 2:06 pm
Message(s) : 71
Message  
Citer :
Bon j'espère ne pas avoir dit d'âneries dans ce message très long.


soir sieur 'colas !
ici on aime les anes et les aneries !! des bardots ouiiii, des brigites non !


Citer :
je t'connaîs pas, mais laisse moi t'dire que tu t'prépares des nuits blanches... des migraines... des "nervous breakdown", comme on dit de nos jours avec tout ça.
alors oui, j'ventile...


heyyyyyyy vlà genevieve ma cop qui avé dis paru. Ché pas trop difficile avec le chapeau quand ça ventile ? c'est le miss tral ? :lol:


Mer Déc 26, 2007 9:40 pm
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Nov 01, 2006 1:01 pm
Message(s) : 1115
Localisation : Paris
Message  
Maître corbeau, sur (la branche d')un arbre perché
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :

"Hé ! bonjour, Monsieur Tyra (ce pseudo c'était vraiment pour nous plaire ! :lol: )
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre forum
Se rapporte à votre plume,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces beau-a."

Bienvenue ! :wink:
cb.


Mer Déc 26, 2007 9:53 pm
Profil Site internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Déc 24, 2007 5:37 pm
Message(s) : 8
Message  
Bonsoir Miss, l'amazone et cb,

Miss : Oui désolé c'est vrai c'est très long. Quand tu dis "nuits blanches", ça m'arrive effectivement. Ventile bien. :wink: (n'empêche il est pas mal mon message je crois :lol: )

L'Amazone : Mon gros défaut c'est l'incompréhension totale du second degré : "Brigittes"? "Bardots"? :shock:

Cb: "tyra" c'est un pseudo choisi au hasard (enfin... si je vous expliquais d'où il vient...) Oui j'avoue j'ai été un peu intimidé en arrivant sur ce forum et j'ai voulu briller... J'avoue j'avoue j'avoue.

J'avoue aussi que "beau-a"... je n'ai pas compris. :idea:

Merci en tout cas pour votre accueil.

Nicolas.

_________________
mon blog d'aphorismes : http://thyrag.blog4ever.com/blog/index-319018.html


Mer Déc 26, 2007 10:16 pm
Profil Site internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Message(s) : 516
Localisation : Sartrouville (78)
Message  
Bonsoir Nicolas et bienvenue

En tout cas je trouve que vous écrivez très bien, même si je n'ai pas tout suivi, mais nos souvenirs de l'enfance ont parfois ni queue ni tête.

Je suis allée voir votre forum et j'ai lu les messages aussi.
Je pourrais m'enregistrer pour vous faire plaisir, mais à quoi bon si je ne sais pas quoi dire sur le sujet.
Je crois que c'est mieux que je lise.

Amitiés
Ingrid


Mer Déc 26, 2007 11:03 pm
Profil

Inscription : Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Message(s) : 672
Localisation : Marseille
Message  
Bonsoir Tyra.

Moi ça me plait beaucoup cette histoire de corbeau. ça m'a fait pensé au souvenir d'enfance de Léonard de Vinci. Le Milan qui vient lui manger dans la bouche. Il avait peut être un cheveu sur la langue Léonard?

Freud a raison quand il dit que les pulsions sont formidable dans leur imprécision parce que justement elle sont si imprecises que nous ne pouvons nous empêcher, pour ne pas les reconnaître de nous imaginer des scènes plus efrayantes les unes que les autres.

Je vais me risquer à dire des âneries aussi mais un "corps beau" dans les yeux et des branches quand la mère parle des bronches , y a sûrement un mythe à retrouver.

D'après ce que j'en ai compris, les mythes parlent entre autre de nos désirs et des peurs que ces désirs provoquent.
Bon, c'est con, j'avais une idée très intelligente à dire et elle m'est sortie de l'esprit.

:) mfc
PS : bonne chance pour votre forum, Tyra. vous aurez peut être quelques mythes d'afrique saharienne à nous raconter ici?


Mer Déc 26, 2007 11:05 pm
Profil Site internet

Inscription : Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Message(s) : 541
Localisation : Paris17
Message  
bonjour Nicolas, et bienvenu sur ce forum,


Citer :
Freud insiste sur ce point : les pulsions sont "formidables dans leur imprécision". Je ne suis pas tellement d'accord sur le fait que l'imprécision caractérise le mythe, car cela revient à dire que les mythes sont des solutions à des problèmes, un voile rassurant posé sur un inconnu vide de sens. Je crois que c'est (en partie) une erreur de penser cela


je ne pense pas que ça soit une solution, mais une manière d'interprêter, ou faire parler nos angoisses, nos contradictions, etc

Citer :
. Quand j'étais petit, très petit, un jour où j'étais dans mon lit à l'heure de la sieste (je ne dormais pas) j'avais un ou plusieurs de mes cheveux qui s'étaient coincés entre les paupières d'un de mes yeux. J'ai compris bien après que c'était un cheveu mais, sur le coup, j'ai cru qu'un corbeau me piquait l'oeil avec son bec. J'étais terrorisé et ne pouvais plus bouger un membre.


c'est à la fois " les oiseaux " d'Hitchock, le "chien andalou" de dali/bunuel (fameuse scène du début où une lame coupe l'oeil d'une femme)
le mythe de prométhée, et celui d'oedipe se crevant les yeux pour ne pas voir ,
tout ça à cause d'un "je veux" ? :)


merci pour votre site


Mer Déc 26, 2007 11:06 pm
Profil Site internet

Inscription : Jeu Août 09, 2007 8:12 pm
Message(s) : 487
Localisation : 67610
Message  
Marie a écrit :
bonjour Nicolas, et bienvenu sur ce forum,


Citer :
Freud insiste sur ce point : les pulsions sont "formidables dans leur imprécision". Je ne suis pas tellement d'accord sur le fait que l'imprécision caractérise le mythe, car cela revient à dire que les mythes sont des solutions à des problèmes, un voile rassurant posé sur un inconnu vide de sens. Je crois que c'est (en partie) une erreur de penser cela


je ne pense pas que ça soit une solution, mais une manière d'interprêter, ou faire parler nos angoisses, nos contradictions, etc



Tout à fait d'accord : figuration de nos pulsions (au sens large de 'torsion du vide' ou "écho d'une parole dans un corps"-Lacan)

Je ne peux m'empêcher de citer G. Massat :

"Mythologie

Rappelons ce que nous avons dit concernant la mythologie : il n’y a ni
dieux ni déesses, ni héros véritables en mythologie, il n’y a que des
mots. Ces figures exaltantes sont utilisées pour figurer le langage de
l’inconscient. Le langage est le créateur des mythes
.
Déjà au temps de Freud, les philologues Michel Bréal (1832-1915) et
Max Muller attribuaient au langage le rôle formateur de la mythologie.
Nous pouvons lire dans la « Mythologie comparée » de Max Muller ce
que Freud a su si bien utiliser :
« Ce qui s’applique à l’étymologie s’applique avec la même vérité à la
mythologie, dit Max Muller. Il a été prouvé par la philologie comparée
qu’il n’y a rien d’irrégulier dans le langage, il a été reconnu que ce que
l’on prenait autrefois pour une irrégularité dans la déclinaison et dans la
conjugaison tenait à la formation la plus régulière et la plus ancienne de
la grammaire. Le même progrès s’accomplira, nous l’espérons dans la
science de la mythologie. La mythologie n’est qu’un dialecte, une
antique forme du langage. Quoi que roulant surtout dans le cercle de la
nature, la mythologie était applicable à toute chose. Rien n’est exclu de
l’expression mythologique ; ni la morale, ni la philosophie, ni l’histoire,
ni la religion, ni l’éthique n’ont échappé au charme de cette antique
sibylle. Mais la mythologie n’est ni la philosophie, ni l’histoire, ni la
religion, ni l’éthique. C’est, pour employer une expression scolastique,
un quale et non un quid, une forme et non quelque chose de
substantiel ».
Conclusion : la mythologie est la Sibylle de l’inconscient. Elle relève
d’une philologie ouverte
.
Il s’agit donc avec la mythologie comme avec la psychanalyse d’utiliser
l’art de la restitution inductive . Sur un fragment de livre, sur une
phrase, sur un mot, le linguiste reconstruit une langue tout entière avec
la même infaillibilité que le paléontologiste restitue, sur une vertèbre,
sur une dent, un animal, un monde entier. Nous pouvons même dire que,
dans certains cas, les résultats obtenus par la linguistique semblent
encore plus étonnants que ceux qui le sont par la paléontologie. C’est ce
que fait encore la psychanalyse à partir d’un lapsus, d’un acte manqué
etc.. dans la perspective d’une archéologie reconstructrice du sujet.
Freud affirmait qu’il avait lu plus de livres sur l’archéologie que sur la
psychologie.
Les mythe de se laisseraient pas comprendre si on les coupait de la vie
des hommes qui parlent. Il importe d’enlever aux mythes leur uniformes
de confection."


Mer Déc 26, 2007 11:32 pm
Profil Site internet
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Répondre au sujet   [ 34 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Exabot [Bot] et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron